mercredi 12 juillet 2017

Régler les conflits de nos enfants ou les laisser faire seuls?

Un ami m'a fait le compliment dernièrement de me dire qu'il m'admirait comme mère. Il faut dire que celui-ci n'a pas d'enfant, mais il œuvre quand même dans le milieu scolaire, donc il a déjà vu nombre de parents agir. Après un « merci » j'ose tout de même l'interroger du regard afin qu'il m'explique ce que je peux avoir fait sous ses yeux qui mérite un tel compliment.

« Non c'est vrai! Je vois tes enfants qui se chicanent depuis tantôt et tu n'interviens presque pas, tu les laisses régler leur conflit seuls, c'est bien! »

J'ai eu envie de lui répliquer quelque chose comme : « Ben non c'est pas que je les laisse régler ça seuls, c'est simplement du déni que je fais! » ;)

Mais force était de constater qu'il m'avait effectivement percée à jour. Je laisse la plupart du temps mes enfants régler leurs conflits seuls. On s'entend que pour ce qui est des conflits avec le petit de 2 ans, je suis beaucoup plus présente et que pour toute querelle qui semble sur le point de dégénérer en bagarre absente de toute règle, j'essaie toujours d'intervenir avant le premier coup de poing.

Par contre, en général, ce n'est pas dès le premier : « Hey c'est à moi! » ou le « Arrête de faire ça! » que je m'en mêle. Cependant, comprenez-moi bien, ça c'est la maman avec l'expérience de 9 ans de maternité. J'ai aussi été la maman qui se disait : « Mes enfants seront empathiques et régleront leurs conflits de façon très éthique en tout temps! »
(Ben oui toi! Essaie de dire cela sans rire maintenant! Pardon à tous les parents qui se sentiraient choqués par mes propos, mais c'est peine perdue je vous garanti! Il y a toujours des coups de poing qui se perdent et dans ce cas, bien sûr je m'en mêle…;))

Bien sûr, je suis tout à fait consciente qu'il faut enseigner aux enfants comment régler leur conflit. Tout enfant qui ne se fera pas expliquer qu'il existe des moyens beaucoup plus efficaces que les coups pour se faire comprendre deviendra probablement une personne qui aura une relation très ambiguë avec l'autorité et la frustration. Par contre, selon moi, cet enseignement ne signifie pas de jouer à tous les coups le rôle de médiatrice, ou pire de metteur en scène, dès qu'un de mes fils vit une frustration. Dans ce cas, le seul enseignement que je ferais passer serait celui que je n’ai aucune confiance à mes enfants pour se débrouiller seuls et qu'ils auront toujours besoin d'un adulte en cas de difficulté. Bonjour les petits dénonciateurs en herbe qui développeront le réflexe d'être le rapporteur de service! (Et là je sais que l'image d'un enfant que vous côtoyez de temps en temps qui vous horripile royalement par son rôle de stool professionnel vient de vous apparaître...Ah ah! C'est cela qui vous attend si vous vous entêtez à régler tous les conflits de vos enfants à leur place… Mais non je rigole… en partie;))

Sans blague, voici plutôt ce que j'ai répondu à mon ami.
1- Le père de mes fils et moi enseignons effectivement à nos enfants comment résoudre leurs conflits, mais rarement lors des situations elles-mêmes. Sauf lorsqu'il y a un réel besoin d'un médiateur pour aider à ce que les 2 partis puissent être gagnants (c'est-à-dire quand on sent bien qu'il y a impasse dans les négociations entamées).

2- Lorsqu'on nous interpelle pour nous prendre à témoin, nous les questionnons sur ce qu'ils peuvent faire plutôt que de nous imposer en décideurs (et alors se perdre dans un dédal de questionnements pour tenter de comprendre qui est effectivement le plus fautif ou l'instigateur).

3- Nous utilisons aussi les moments de confidences sur des situations qu'ils ont vécues et où ils se sont sentis lésés, pour leur faire prendre conscience de ce qu'ils peuvent avoir fait vivre à d'autres.

Et surtout!
4- Nous les félicitons à chaque fois qu'ils trouvent une solution par eux-mêmes.

5- Même le plus jeune est très utile afin d'amener ses grands-frères à comprendre ce que veut dire le mot compromis. (Quoi de mieux que d'offrir quelque chose en échange pour récupérer le jouet volé?) Ou encore pendant un jeu avec des figurines, pourquoi ne pas faire vivre un conflit aux personnages et amener l'enfant à trouver la solution dans une situation où aucune pression n'est mise sur son égo.

Ainsi, sans être dans le déni comme je l'écrivais à la blague plus haut, sachant que pratiquement tous les jours mes enfants apprennent comment régler leurs conflits de façon harmonieuse, je sais très bien que je n'ai pas à accourir dès que le ton monte entre eux. Je reste à l'écoute et je suis toujours disponible si je sens que mon aide est vraiment nécessaire, mais sinon je leur fais le plus magnifique cadeau : celui de la confiance parentale accompagnée d'une corde de plus sur leur arc de l'autonomie.


Maman qui a troqué le rôle de médiatrice pour celui de figurante


mercredi 5 juillet 2017

La fois où...

La fois où le rouleau de papier de toilette était tout déroulé par terre,


La fois où il a découpé son linge,


La fois où il était grimpé dans la plus haute partie du module de jeux du parc mais que c’était trop dangereux d’y être car il était encore trop petit,

La fois où elle a coupé ses beaux cheveux,

La fois où je l'ai surpris à vouloir couper les cheveux de son petite frère,


La (première)fois où il revient le visage en sang après une chute,


La fois où elle fait toute qu’une emmanchure pour se casser le cou,


La(les!!) fois où il disparait dans un magasin,


La fois où la porte se referme sur ses petits doigts (et celle où c’est son frère qui l’avait fermée!!),


La fois où il a réussi à ouvrir le flacon de médicaments (et celle où il en a manger… donc celle où il a fallu aller à l’hôpital),


La fois où il a mis ses doigts sur la cuisinière en marche,
La fois où elle a dessiné sur le divan avec un crayon indélébile,


La fois où il a grimpé sur la table avant d’avoir atteint l’âge d’un an,


La fois où il a dessiné sur le divan antique de sa grand-mère avec mon vernis à ongle,


La fois où il était tellement silencieux au sous-sol pour découvrir qu’il avait crayonné avec un crayon de peinture sur les murs, les marches de l’escalier, le banc du bureau, le bureau et les portes françaises,


La fois où …


Toutes ces fois, nous pourrions en énumérer encore et encore.
Toutes ces fois nous ont fait perdre notre souffle, mais malgré tout, nous les aimons autant sinon plus. Car toutes ces fois qui nous ont fait sortir de notre quotidien, font partie d’eux et en fait des êtres différents que nous aimerons toujours du plus profond de notre cœur.


La maman qui attend le prochain mauvais coup



mercredi 28 juin 2017

Ode au système scolaire

Du mot turbulence j’entendais :
« Échanges tourbillonnants »
Et ça nous plaisait à tous les deux cette différence
Combien de fois avais-je tourbillonné de l’intérieur
Incapable de réagir, rouge de honte
Alors que lui
Du haut de ses trois pommes de courage
Était prêt à mordre
Quiconque voulant le soustraire à sa vitalité
En bons singes savants, ils répétèrent en chœur :
-L’étiquette sans éthique est prête
Pour ces quelques raisons
Entre autres celle d’opposition
Votre enfant est incapable,
Incapable, comprenez-vous ?
Incapable !
Mais nous ne sommes pas seulement venus
Munis de nos œillères
Avant que votre enfant ne soit proscrit
(n’y voyez aucune menace)
Voilà ce qu’on lui prescrit
Ne vous inquiétez pas Madame
Ce n’est pas parce que ledit produit
Est un dérivé des amphétamines
Classé comme drogue au tableau II par la FDA
Qu’il en est une !
Mais Madame comprenez-vous bien
Que votre enfant est incapable ?
— Oui je comprends
Incapable de se soumettre
Incapable de se confondre à la masse
Incapable de vous ressembler
Et cela va sans dire
N’a d’autre fonction
Que celle de me rassurer
Et je vous suggère fortement
De vous administrer vous-même ladite « pilule miracle »
Par votre autre orifice
Compte tenu que votre bouche est occupée

À me débiter de belles conneries !

jeudi 22 juin 2017

Enfin les vacances!

Youppi!! Les vacances sont arrivées !!



Retour à la vie sans routine du matin pressés à se lever tôt, à faire à la course les lunchs, collations, déjeuner, s’habiller, se brosser les dents, coiffer les cheveux long de la grande, écrire un mot au professeur, vérifier qu’ils aient tout pour l’école, finir les devoirs si pour une raisons x ils n’ont pu être faits ou terminés la veille… et j’en oublie sûrement de cette longue liste.

Enfin, c’est fini pour 2 mois!!
On peut serrer ces fameuses boite à lunch.
Youppi!!


Maintenant nous pouvons prendre ça plus relaxe. Se lever plus tard (si les enfants le permettent bien sûr... si nous n’avons pas de petits coqs) Prendre le temps de déjeuner tranquillement et tous ensemble, (peut-être même à l’extérieur avec le beau soleil pourquoi pas), prendre le temps de prendre le temps.
Élaborer le plan de la journée, pique-nique, pêche, randonnée, visite chez des amis, films…)
Prendre le temps avec des matins moins stressants.
Que du bonheur.

Bonnes vacances!!




La maman qui accroche les boites à lunch pour faire place à la glacière pour les pique-niques improvisés




mercredi 14 juin 2017

Ode aux Papas!

Chers papas,
Ne vous formalisez pas de nos commentaires sur votre manque de cohérence dans vos interventions, sur votre manque de présence à l’heure du souper ou lorsque qu’on vous reproche votre (minime) contribution lors de la conception… Ce n’est que le trop plein d’incertitude de mère qui nous fait parler ainsi… lors de ces journées où nous ne nous donnons pas le droit de lâcher la pression et que nous vous envions votre zénitude parentale en opposition à à notre éternelle insatisfaction.
Remarquez plutôt nos sourires en coin lorsque nous vous surprenons pendant un moment de complicité avec fiston ou fillette. Appréciez nos rires quand nous remarquons vos choix vestimentaires qui ont interchangé les vêtements de frérot et soeurette ou de fiston de 7 ans avec ceux de fiston 4 ans. Et surtout comprenez tout l’amour qui habite l’étincelle dans nos yeux quand nous lisons une fierté parentale chargée d’émotion dans les vôtres lorsque vous prenez le temps d’observer votre progéniture.

Et pour vous prouver que vous êtes irremplaçables, voici ce que vos enfants pensent de vous:
Ça sert à quoi un papa?
Ça travaille!(Dans l’étable, ça tire les vaches pour avoir du lait, ça fait les champs, ça nourrit les vaches...)
À faire des bébés!
À dessiner, à peinturer et pour aller dehors!”
À nous protéger et à nous nourrir!
À nous protéger, nous surveiller!
Pour nous garder!
À te protéger, à t’aimer, te réconforter et agrandir ta vie de belles choses!
À réparer les jouets et me protéger!”
À caresser le dos la nuit!
À aller à la bibliothèque!
À t’aider à faire tes devoirs!
À nous chatouiller!
À nous faire rire!
À la maman et la consoler quand elle a mal quand le bébé va sortir!
À s’occuper du bébé quand la maman est partie!
À nous apprendre des bêtises!
À nous protéger, à aimer et à servir leurs enfants!
Ça sert à tenir la main pour ne pas que les autos nous écrasent!
Nous aider pour le dodo dans notre lit pour nous raconter des histoires!
À soutenir et accompagner ses enfants et sa femme dans les moments difficiles!
"À travailler!"

Qu’est-ce que tu aimes le plus de ton papa?
Ses bisous et ses câlins
Me promener dehors avec lui!
Quand il joue avec nous!
Il est comique, joue et est amusant!
Quand il me donne des câlins!
Il est gentil, nous donne des colleux et des bisous!
Il est tannant des fois!
Il est drôle des fois!
Parce qu’il joue avec nous!
Quand il m’amène à la pêche!
Quand il me laisse peinturer!
Il fait tout comme un vrai papa!
Sa gentillesse!
Quand il nous gâte!
Quand il me fait des oeufs!
Quand il me flatte le dos!
"J'aime quand il travaille!"
Pourquoi tu l’aimes ton papa?/Est-ce que ton papa c’est le meilleur?
Parce que je l’aime, j’aime maman et des fois je travaille avec papa!
Parce que je vais passer des journées à l’étable avec lui!
Parce qu’une fois maman était pas là et il nous a fait manger des bonbons!
Parce qu’il ressemble à Thor!
Parce que maman l’aime!
“C’est le meilleur parce qu’il t’aime (en s’adressant à sa maman)
Il est gentil, nous donne de l’amour”
Oui c’est le meilleur!
Parce qu’il fait la tondeuse avec moi!
Oui il est le meilleur parce qu’il est fort et il a des gros muscles!
Je l’aime parce que c’est mon papa, sans lui je n’aurais pas pu vivre!
Parce qu’il nous laisse lire dans notre lit!
Parce que c’est le meilleur papa du monde entier!
Je l’aime gros comme un tracteur!
Parce que c’est mon papa!
Parce qu’il est gentil!
Oui c’est le meilleur, comme mon grand-papa, comme ma grand-maman, ma maman”
Mon papa!
Peut-être, il faudrait vérifier avec tous les autres papas!
Parce qu’il nous fait rire!
Parce qu’il est fort, s’occupe bien de nous et de nos plus jeunes frères!
Parce qu’il est gentil et il m’aide à faire mes devoirs quand maman n’est pas là!
Mon père est courageux, amical et sympathique!
"Parce qu'il travaille toujours!"

Pour ça et pour toutes les petites et grandes attentions que vous avez jour après jour auprès de vos familles, nous vous souhaitons une merveilleuse fête des pères!!!!


Les mamans de la Voix des Parents